Une Envie De Liberté Au Delà De L'Horizon

LE SUD DE LA COLOMBIE – 2ème PARTIE

Nous laissons derrière nous, San Agustin pour remonter et découvrir le Désert de Tatacoa. Une anomalie dans ce pays, car lorsque l’on évoque la Colombie, on imagine des plantations de…

Nous laissons derrière nous, San Agustin pour remonter et découvrir le Désert de Tatacoa. Une anomalie dans ce pays, car lorsque l’on évoque la Colombie, on imagine des plantations de café, une jungle impénétrable ou encore des palmiers au bord d’une mer turquoise. En fait il s’agit d’une forêt tropicale sèche avec une érosion très importante. Un sol rouge sombre ou gris clair avec des petits canyons, une superficie d’environ 330 km² et des températures qui peuvent atteindre les 50°.

Après avoir profité des chaleurs désertiques, nous continuons notre route vers la frontière de l’Equateur par les sentiers de montagne pour rejoindre la petite ville de Mocoa, qui est aux portes de l’Amazonie. Elle est entourée par une nature sauvage et très luxuriante. Rivières, cascades et piscines naturelles. Nous sommes au début de la saison des pluies (mai). Malgré cela, nous profitons pour découvrir toute cette nature. Un pur bonheur.

Pour rejoindre la Laguna de Cocha et son petit village de pêcheurs Puerto El Encanto, nous devons prendre une route de montagne «Trampoline de la Muerte », qui monte à 3200 mètres. Cet axe est considéré comme le 5ème le plus dangereux au monde. Surtout pour les routiers qui prennent des risques élevés pour se croiser. Cette route qui relie Mocoa à Pasto est non asphaltée. Nous sommes d’accord, il est préférable de la prendre par temps sec mais comme il pleut pratiquement tout les jours à cette période, c’est compliqué. A chaque véhicule que nous croisons, nous nous collons à la falaise car sur certaines portions la route est très étroite et bordée de précipices. Nous resterons bloqués environ 1 heure car les éboulements par temps de pluies sont fréquents, le terrain est très instable. Malgré la tête dans les nuages, nous profitons de quelques belles éclaircies pour admirer ces magnifiques paysages à travers les massifs andins.

 

Après 140 kms, nous arrivons à Puerte El Encanto, le village de la laguna. Avec son air alpin, ses chalets en bois sur pilotis et ses fleurs aux fenêtres, tous plus colorés les uns que les autres, nous avons l’impression d’être en Suisse et non en Colombie. Petite balade en bateau sur la 2ème plus grande lagune de Colombie. Malheureusement nous ne pourrons pas visiter l’île de Corota qui se trouve au milieu de la lagune (cause pandémie).

Direction Pasto 25 kms. Cette étape devait être la dernière avant de passer en Equateur. Malheureusement les frontières terrestres qui devaient ouvrir 1 juin 2021, restent à ce jour fermées. Notre autorisation de séjour dans le pays est de 180 jours maxi. Nous arrivons à échéance le 4 juillet, nous devons donc quitter le pays. Quel sera la future destination ….

Pour l’instant nous sommes de retour à Bogota pour trouver une solution !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

La suite au prochain épisode.

Vous pouvez visionner toutes les vidéos de la Colombie. Vous retourner sur la page d’accueil du blog, 1 click sur Photos&Vidéos, Galerie Vidéos, Amérique du Sud et Colombie

Nous avons parcouru en 5 mois 8500 kms du Nord au sud dans le pays

Aucun commentaire sur LE SUD DE LA COLOMBIE – 2ème PARTIE

LE SUD DE LA COLOMBIE – 1ère PARTIE

Notre découverte du Sud de la Colombie, commencera par Cali. Nous resterons quelques jours dans le barrio San Antonio, un des plus vieux quartiers de Cali avec ses ruelles aux…

Notre découverte du Sud de la Colombie, commencera par Cali. Nous resterons quelques jours dans le barrio San Antonio, un des plus vieux quartiers de Cali avec ses ruelles aux maisons coloniales et où l’art de la peinture de rue est remarquable. Un endroit très agréable.

  

Les traces du passé colonial dans le centre ville sont très réduites, la modernisation a fait place aux grands immeubles et la construction de grandes avenues. Il y a un endroit qui est incontournable. C’est le marché, il est le cœur d’un quartier, d’une ville, d’un pays car c’est ici que la vie bat son plein ! En Colombie les marchés sont l’occasion de découvrir la culture locale, que cela soit en matière de gastronomie ou d’artisanat. Le plus souvent on peut y manger un bout pour pas cher dans une ambiance unique. Cali ne déroge pas à la règle. Le marché de Alameda mérite le détour surtout le dimanche matin.

Nous laissons le brouhaha de la ville pour continuer notre route en longeant les contreforts de la Cordillère occidentale, la rivière du Cauca et l’immense lagune du barrage de la Salvajina. Ce lien permet de mieux comprendre l’histoire concernant le désastre de ce barrage avec le déplacement de plus d’un millier de familles https://www.proclamadelcauca.com/la-otra-historia-del-cauca-la-salvajina/. Cette région est peuplée d’indiens et d’Afro-Colombiens surtout dans les villages, Morales, Suarez, Buenos aires et les communautés alentours.

 

Cette route secondaire nous permet de rejoindre Popayan, surnommé la ville blanche. Nous resterons 3 jours. Une journée consacrée à la révision des motos. Mais pour la visite de la ville, cela va se résumer au mirador et à la place principale car le centre historique de Popayan est en pleine rénovation.

A 60 km de Popayan, se trouve une splendide région à 2600 mètres d’altitude avec un petit village authentique comme nous aimons, Silvia.  La particularité de cette région, c’est son peuple, les indiens Guambiano qui vivent à Silvia et ses environs. C’est un autre monde. De part leur vêtements, hommes comme femmes portent de longues jupes bleu nuit, des ponchos qu’ils complètent avec une écharpe sur leurs épaules. Des chapeaux, tantôt de paille ou melon en feutre noir. Les femmes se drapent de pagnes d’un bleu vif bordés de rouge. Sur leurs épaules,  un sac tissé « le mochila ». Autour de leurs cou, de nombreux colliers en perles de différentes couleurs. Ces colliers ont tous une signification, suivant leurs croyances. Chaque mardi, il y a le marché  à Silvia.  La place du village se remplit de chivas. Minibus typique de la Colombie, il se caractérise par ses peintures colorées. Il est surtout utilisé en milieu rural. Mais le charme de cette région, c’est aussi ses paysages à couper le souffle, ils sont d’une beauté incroyable.

        

         

Nous arriverons à San Agustin, après avoir traversé le Parc National de Puracé par la route 20 sous un ciel nuageux et pluvieux. Ce village est une excellente base pour explorer les merveilles naturelles et culturelles de la région : les paysages verdoyants, le magnifique canyon tracé par le rio Magdalena, mais aussi pour ses statues monolithiques aux étranges visages que l’on peut trouver aux alentours. Et bien sûr le site archéologique de San Agustin, déclaré patrimoine mondial de l’humanité en 1995 par l’UNESCO.

Au moment ou  nous écrivons cet article (15/05/21), nous sommes à Mocoa dans le sud. Depuis le 28 avril, des manifestations nationales contre le gouvernement bloquent tout le pays. La dernière manifestation nationale  a eu lieu mercredi 12 mai. Maintenant le pays retrouve doucement son calme mais pour le moment nous devons trouver de l’essence pour continuer car les stations services dans le sud du pays sont ravitaillées, mais très lentement. Normalement les frontières de l’Equateur ouvre demain le 16 mai. Cette information est normalement officielle suite à une intervention télévisée du président de la Colombie. Mais ………. Pour le moment notre principal soucis est de trouver de l’essence !!!

 

 

 

3 commentaires sur LE SUD DE LA COLOMBIE – 1ère PARTIE

LA REGION DU CAFE

Parmi les nombreuses régions qui composent la Colombie, la zone caféière fait partie des incontournables. La Région du Café est également appelée « Triangle du Café », faisant référence à un…

Parmi les nombreuses régions qui composent la Colombie, la zone caféière fait partie des incontournables.

La Région du Café est également appelée « Triangle du Café », faisant référence à un triangle formé par les 3 départements du Caldas (Manizales), du Quindio (Armenia) et du Risaralda (Pereira) dans lesquels on trouve l’un des meilleurs cafés du monde. Un Paysage Culturel déclaré au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2011.

Les paysages y sont vallonnés et verdoyants, parsemés de culture de café bien alignées à flanc de montagne, mais on y trouve aussi des cultures de banane, de canne à sucre, des arbres fruitiers, des avocatiers, etc…….

Il y a le majestueux volcan Nevado Del Ruiz dans le parc naturel de Los Nevados, qui domine toute la région. Il s’étend sur 583 km2.

Et au milieu de toute cette nature si belle, surgissent de magnifiques villages très colorés, patrimoine national de la Colombie. Bien sur Salento est le plus connu de tous. Porte d’entrée pour visiter la Vallée de Cocora, connue pour ses palmiers parmi les plus haut du monde. Ces palmiers à cire, endémiques des hauts plateaux andins poussent sur des terrains montagneux et fertiles. Ils peuvent atteindre les 60 mètres de hauts et vivre jusqu’à 120 ans.

   

Cependant, il existe un Autre endroit beaucoup moins connu et pratiquement sans touristes, qui préserve encore une population importante de ces incroyables Palmiers Géant. La Palma de Cera est à 7 kms du village San Felix et à 40 minutes de Salamina, Caldas. Ce petit village authentique, ou les habitants vivent au rythme de la nature restera une très belle découverte et la visite du Bosqué de la Samaria un moment magique. Mais attention comme tout trésor cela se mérite !!!.

Nous terminerons par Jardin. Ce village qui borde les régions du café, a un charme particulier. Il a su garder son âme malgré l’afflux de citadins de Medellin en fin de semaine. Mais quel décor ! Des maisons colorées, qui ont un charme fou. C’est un endroit où on peut observer la vie quotidienne d’une petite ville ordinaire. Il y a un va-et-vient de motos taxis, de Chivas (bus typique des montagnes), de jeeps prêtes à toucher le sol tellement elles sont chargées de banane et de nombreux passagers et des cowboys qui descendent des montagnes avec leurs chevaux

Mais quelque soit l’endroit dans le triangle du café. Il y a toujours des balades à pieds, à cheval, à moto, en jeep ou bien des treks pour visiter cette magnifique région.

 

3 commentaires sur LA REGION DU CAFE

LE NORD DE LA COLOMBIE

          De Medellin à Bogota  3800 kms environ Cela fait déjà 2 mois et demi que nous sommes en Colombie et déjà plus de 5000 kms…

         

De Medellin à Bogota  3800 kms environ

Cela fait déjà 2 mois et demi que nous sommes en Colombie et déjà plus de 5000 kms avec nos petites motos 300 XRE HONDA. Nous prenons doucement le temps de découvrir ce magnifique pays. Nous privilégions, les routes secondaires et les pistes de montagne à fin de découvrir plus en profondeur les richesses de ses régions.

Après 3 semaines passé à Medellin pour l’achat des motos et la préparation, nous prenons la route direction Guatapé.

   

A seulement 2 heures de Medellin, c’est un petit village très coloré même un peu trop. Il a perdu de son authenticité avec le nombre de touristes (colombiens et étrangers). Mais la véritable richesse de cet endroit est le lac El Penol. Il est le fruit de la construction d’un barrage sur le Rio Nare et représente la 3ème plus grande retenue d’eau de toute la Colombie. Ce lac est immense et construit un paysage surnaturel fait de petits îlots verdoyants. Il faut monter à la Piedra del Penol pour admirer la beauté de l’endroit.

Pour rejoindre la côte Caraibe, nous prenons nos premiers sentiers de montagne et testons nos motos et équipements. Ces premiers kilomètres en Off Road, nous confirment que nous avons fait un bon choix. Aucun regret d’avoir vendu nos 1200 GS BMW.

C’est à Rincon Del Mar, un petit village de pêcheur que nous posons nos sacs pour quelques jours de farniente et profiter de sa large plage de sable blanc et de ses palmiers. Un petit paradis caché ou la vie s’écoule tranquillement.

Carthagène sera la prochaine escale pour la révision des motos et revoir la vieille ville que nous avions visité il y a de nombreuses années.

 

Nous continuons notre route en longeant la côte caraïbes pour faire une escale à Taganga aux portes du parc Tayrona mais malheureusement nous ne pourrons pas le visiter. Le parc est fermé temporairement.

De là, nous décidons d’aller explorer la point extrême nord de la Colombie, près de la frontière du Venezuela. La nature de cette région est surprenante et extrêmement aride. Peuplée par l’ethnie de Wayuu. C’est une des seules cultures sud américaines ayant conservé ses traditions ancestrales. Pendant la saison des pluies, on ne peut qu’y accéder par bateau.

 

Fatigués par ces grosses chaleurs et ce vent incessant, nous partons à la recherche d’un climat plus tempéré.

Mompox, déclaré patrimoine culturel et religieux par l’Unesco. Playa de Belen d’où nous visiterons le parc Los Estoraques. San Gil escale incontournable pour découvrir le village de Barichara.

 

Mongui que nous atteindrons après avoir traversé les paysages mystérieux du Paramo de Oceta et aussi village réputé dans toute la Colombie pour sa confection de ballon à la main. Villa de Leyva ou se trouve l’incroyable Plaza Mayor, place coloniale avec un sol de pierre, une fontaine en son centre et des bâtiments qui ont conservé leur architecture d’origine.

Nous terminerons notre tour du nord de la Colombie par le petit village de Florian où se trouve Las Ventanas de Tisquizoque avant de rejoindre Bogota pour quelques achats pour les motos et revoir notre ami Pablo et faire la connaissance de Manu un français expatrié depuis quelques années.

6 commentaires sur LE NORD DE LA COLOMBIE

AMERIQUE DU SUD / NOUVELLES MOTOS

Nous avons quitté l’Amérique Centrale, il y a 1 mois. Après avoir vendu nos BMW 1200 GS à Guatemala City, nous avons pris un vol pour Medellin (Colombie). Seule option…

Nous avons quitté l’Amérique Centrale, il y a 1 mois. Après avoir vendu nos BMW 1200 GS à Guatemala City, nous avons pris un vol pour Medellin (Colombie). Seule option pour continuer notre périple, car les frontières Terrestres et Maritimes sont toujours fermées pour la Colombie. Aux dernières nouvelles jusqu’à début Mars.

Arrivée le 7 janvier, nous nous sommes mis à la recherche de nouvelles Motos + Equipements. Pour parcourir le continent sud Américain, nous avons choisi des Honda 300 XRE.

POURQUOI ? Nous avons appréciés nos GS pour parcourir les Grandes distances au Canada, Etats-Unis et Mexique, très confortables et agréables à piloter malgré le poids (environ 300 kilos). Lorsque nous sommes arrivé en Amérique centrale, nous nous sommes rendu compte que des motos aussi grosses et puissantes n’étaient pas vraiment indispensable mais parfois une contrainte pour accéder à certains endroits reculés, surtout pour Nelly. Nous voulons voyager pour le plaisir, pas pour souffrir. Les 9 mois que nous avons passés au Nicaragua a fini de nous convaincre. Pendant cette période, nous avons loués de petites motos pour découvrir des endroits très reculés autour de San Juan Del Sur. Rencontrer ces villageois, nous a fait prendre conscience que c’est comme cela que nous voyons la suite de notre périple. Découvrir les endroits reculés de chaque pays que nous allons traverser. C’est pour cela que des motos légères seront beaucoup plus adaptées.

Après 15 jours, entre préparation des motos et obtention des papiers (info dans l’onglet Motos et équipements, Motos et Honda 300 XRE  pour le prix de revient), ENFIN nous reprenons la route et notre vie de Nomades, direction Guatapé.

Prenez  soin de vous et VIVEZ VOS RÊVES.

4 commentaires sur AMERIQUE DU SUD / NOUVELLES MOTOS

C ‘EST REPARTI …… L’AVENTURE CONTINUE

  Aujourd’hui 18 décembre nous sommes à GUATEMALA CITY Nous avions espéré que les frontières terrestres du Costa Rica ouvriraient avant la fin de l’année mais visiblement elles resteront fermées…

 

Aujourd’hui 18 décembre nous sommes à GUATEMALA CITY

Nous avions espéré que les frontières terrestres du Costa Rica ouvriraient avant la fin de l’année mais visiblement elles resteront fermées jusqu’en mars 2021 et peut-être plus. Nous prenons la décision d’oublier le Costa-Rica et le Panama et de reprendre notre vie de Nomade. Nous quittons San Juan Del Sur le 10 décembre, destination la frontière du Mexique Tapachula. C’est la seule solution pour sortir du Nicaragua et du G4 avec les motos. 1er étape, Managua pour le test covid, après 7 heures d’attente et payé 150 dollars (120 euros) par personnes nous rejoignons Léon pour passer demain matin la frontière en début de matinée car notre test est valable 72 heures. 2 pays à traverser Honduras et Salvador, environ 610 kms en 2 jours. Vous allez nous dire pas de problème mais ici les routes sont pourries et lorsque l’on fait 300 kms dans la journée avec les passages entrées et sorties des frontières, c’est déjà très bien.

Le passage des frontières Honduras et Salvador se feront sans soucis particuliers. Pour le Salvador simplement une petite négociation en expliquant que c’est plus court de passer par cette frontière pour rejoindre le Mexique. Pour certains, le refus est catégorique, allez savoir pour quoi !!!!!! pour nous pas de problème.

Samedi 12 décembre, nous arrivons à la frontière du Guatemala vers midi. Pas de soucis pour l’immigration. MAIS à la douane BIG PROBLEME………….

Le problème vient d’une erreur faite par un douanier lors de notre sortie du pays en février. Les 2 motos ont été enregistrées sous le même numéro. Malheureusement le samedi après midi et le dimanche, le bureau central  des douanes est fermé. Après 21 heures d’attente, nous appelons Juan Carlos, un français vivant à Guatemala City, avec qui nous n’avions eu qu’un contact téléphonique, en février. Il nous avait dit, si vous avez un problème en Amérique centrale ou du sud, n’hésitez pas à m’appeler. Deux heures plus tard, après qu’il ait appelé un dimanche matin, le super intendant et le contrôleur général des douanes, nous recevons notre sésame pour continuer la route. 23 heures d’attente et d’angoisse….. Nous rappelons notre sauveur pour le remercier, car en plus il a payé pour nous les taxes car le dimanche la banque est fermée, et la il nous apprend qu’il est un ancien légionnaire. Un très grand merci à la légion. Entre la solidarité des légionnaires et celle des motards, nous sommes confiants pour la suite de notre voyage. Direction Guatemala City où nous attend Carlos, un motard qui nous a proposé un hébergement.

Lundi 14 décembre, nous reprenons la route vers le Mexique pour Tapachula juste après la frontière. Beaucoup de trafic sur la route et toujours de nombreux camions surchargés. Après 6 heures de route, nous arrivons à la frontière du Mexique. Passage facile et rapide. Nous y resterons 2 jours, histoire de nous reposer un peu.

Mercredi 16 décembre, retour vers le Guatemala, si tout va bien nous devrions avoir un visa de 90 jours et la même chose pour les motos

MAIS……… Tout ne se passe pas encore comme prévu

A l’immigration ils nous demandent si nous avons un test covid. Nous présentons celui du Nicaragua tout en sachant qu’il est périmé….  Bien sûr refus de l’agent qui nous demande de retourner au Mexique pour en faire un. Après négociation, il nous demande 300 QTZ soit environ 30 euros et l’affaire est réglée.

Nous avons le droit à un visa de 90 jours. Maintenant dernière étape, la douane. Et bien sûr, nous devons être marqués à l’encre rouge car ils ne nous donnent que 2 jours pour les motos, en nous expliquant que nous devons retourner au poste frontière par lequel nous sommes entrés il y a 3 jours. Après  discussions ils nous proposent d’aller voir à la douane centrale de Guatemala City si ils peuvent faire quelque chose pour nous. Cela ne nous laisse qu’une marge de 2 jours pours résoudre le problème.

Jeudi 17 décembre, Bureau général des douanes. Jour de miracle. En moins d’une heure nous recevons notre autorisation d’importation temporaire pour 90 jours. Tout se termine bien. Nous retournons chez notre ami Carlos pour digérer tout cela et surtout nous reposer car nous sommes épuisés de tous ces kilomètres et tracas administratifs.

Maintenant nous réfléchissons pour la suite de notre voyage. Notre but est de rejoindre l’Amérique du Sud. Plusieurs possibilités……. Ceci fera l’objet d’un prochain article certainement avant la fin de l’année.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires sur C ‘EST REPARTI …… L’AVENTURE CONTINUE

DERNIERES NOUVELLES

Bonjour à tous, Aujourd’hui 6 octobre 2020. Déjà 8 mois et nous sommes toujours au Nicaragua à San Juan Del Sur, dans l’attente de l’ouverture des frontières du Costa-Rica. L’Amérique…

Bonjour à tous,

Aujourd’hui 6 octobre 2020. Déjà 8 mois et nous sommes toujours au Nicaragua à San Juan Del Sur, dans l’attente de l’ouverture des frontières du Costa-Rica. L’Amérique Centrale commence tout doucement à rouvrir Mexique, Guatemala, Honduras, et Salvator. Ces nouvelles nous parviennent via un réseau d’entraide de motards d’Amérique Centrale. Normalement le Costa Rica devrait ouvrir le 1er novembre en espérant que le gouvernement costaricain ne repousse pas encore comme il le fait depuis plusieurs mois. Malgré tout cela nous gardons toujours un très bon moral grâce à l’accueil chaleur de ce peuple et nous sommes toujours impatient de pouvoir reprendre notre vie de nomades et pouvoir la partager avec vous. (photos + vidéo)

 

 

8 commentaires sur DERNIERES NOUVELLES

NICARAGUA / 2ème PARTIE

a Nous sommes courant juin et déjà 2 mois ½ que nous avons posé nos valises à San Juan Del Sur dans l’attente de l’ouverture des Frontières du Costa –…

a

Nous sommes courant juin et déjà 2 mois ½ que nous avons posé nos valises à San Juan Del Sur dans l’attente de l’ouverture des Frontières du Costa – Rica. Ne sachant pas quand elles ouvriront, nous décidons de reprendre la route pour visiter la côte Caraïbe. La saison des pluies vient de commencer et les paysages sont complètement différents. La nature a repris ses couleurs chatoyantes.

Notre première escale est Granada, vraiment une très belle ville coloniale à taille humaine. Située près du lac Nicaragua, nous en profiterons pour visiter les Ilots de Granada qui parsèment le lagon du lac en bateau. Ces îlots sont apparues à la suite d’une avalanche du volcan Mombacho que l’on peut admirer tout au long de la balade. Certaines d’entre elles sont habitées, tandis que d’autres n’hébergent que des oiseaux, ou d’adorables petits singes !!!. Et nous irons aussi voir le volcan Masaya qui est toujours en activité.

Maintenant direction la région autonome de la côte Caraïbe, le village « la Laguna de Perlas ». C’est une autre facette du Nicaragua, peu fréquenté par les touristes. Ce qui frappe quand vous arrivez, c’est que la langue la plus parlée n’est pas l’espagnol mais le miskito ou le créole. Mais pour communiquer avec ceux qui viennent de l’extérieur du pays, c’est l’espagnol ou l’anglais, au choix.

   

Les peuples qui vivent sur la côte se déplacent principalement en bateau ou panga et leur subsistance vient surtout de la pêche. C’est à pied que nous irons à la découverte des villages miskitos d’Awas et de Kahkabila. Petits villages de pêcheurs très isolés. Une culture très différente des autres parties du Nicaragua.

Notre dernière étape sera Bluefields. Pendant des kilomètres, nous traverserons des plantations de palmiers à huile et des plantations de café. Ce qui nous permettra de voir beaucoup de cow-boys car le cheval est le moyen de locomotion le plus utilisé dans les terres ainsi que les charrettes à boeufs.

Bluefields, capital de la région autonome. Cette étape devait nous permettre de prendre un bateau pour aller sur les îles du Maïs mais la météo en a décidé autrement. Mauvais temps pour une semaine donc pas de bateau. Nous décidons de retourner à San Juan Del Sur, en faisant une petite escale à Popoyo, côté pacifique.

Aujourd’hui 16 juillet, les frontières sont toujours fermées. Au dernière information la réouverture est prévue pour le 2 Août mais vu le reconfinement de certaines régions du Costa Rica et du Panama. Nous sommes de moins en moins sûr de cette date……….

10 commentaires sur NICARAGUA / 2ème PARTIE

NICARAGUA / 1ère PARTIE

  Nous sommes rentrés au Nicaragua le 9 mars avec un passage de frontière sans problème. Mais les frontières autour de nous se sont fermées les unes après les autres…

 

Nous sommes rentrés au Nicaragua le 9 mars avec un passage de frontière sans problème. Mais les frontières autour de nous se sont fermées les unes après les autres quelques jours plus tard dù au covid-19. Au Nicaragua, il y a pas de confinement mais la population prenant conscience du problème c’est protégée d’elle même. Les Fêtes de Pâques n’ont pas eu lieu les gens sont restés chez eux. Depuis le 21 mars nous avons posés nos valises à San Juan Del Sur, petite station balnéaire tranquille sur la côte pacifique dans l’attente de la réouverture des frontières et d’une conjoncture plus favorable pour reprendre la route.

Nos premiers paysages seront la côte pacifique à Aposentillo. Plages immenses et vagues déferlantes, un paradis pour les surfeurs. C’est toute la côte pacifique qui est un paradis pour les Surfeurs, débutants ou confirmés.

Nous continuons notre route vers Leon, 2ème ville du pays. Très belle ville coloniale avec son centre historique qui abrite  la plus grande Cathédrale d’Amérique Centrale.  Vous pouvez monter sur le toit pour voir les volcans au loin, sans oublier son marché très coloré et ses rue très animées.

Une attraction incontournable autour de Léon, l’ascension du Cerro Negro, l’un des plus jeunes volcans d’Amérique Centrale. Environ 1h30 d’ascension pour arriver au sommet, à 450m d’altitude seulement. Avec une ambiance lunaire : le cratère principal est recouvert d’un manteau de soufre, qui crache en permanence des vapeurs sulfureuses. Panorama splendide sur une partie de la chaîne volcanique « Los Maribios ».
La descente se fait sur une pente recouverte de cendre à pied ou en luge (une planche en bois servant de luge), très sympa.

Direction la laguna d’Apoyo. Ancien cratère de 6 kms de diamètre. Il y a une faune et une flore impressionnante mais aussi de très beau villages autour du lac. Ne pas oublier  le mirador de catarina d’où vous découvrez une vue superbe sur Granada et la lagune entière.

Nous reprenons la route pour rejoindre San Juan Del Sur avec sa baie dominé par le Christ de la Miséricorde.  Nous y posons nos valises le temps que la frontière du Costa Rica ouvre. Cela va nous permettre de découvrir cette petite ville et cette région en profondeur. Tout autour de San Juan il y a des plages plus belles les unes que les autres. Prendre la moto et découvrir les villages reculées par des chemins carrossables mais non goudronnés ou vous croisez des Cowboys conduisant leur troupeau de vache ou des Nicas avec leur charette à boeufs. Tradition et modernisme se côtoient. il faut savoir que le Nicaragua est l’un des pays les plus pauvres d’Amérique Centrale. Depuis 2 mois nous découvrons un peuple accueillant, souriant, chaleureux, vrai. Le touriste de masse n’existe pas ici. Ce pays est vraiment une très belle découverte.

Nous ferons une petite escapade de quelques jours sur l’île d’Ometépé. L’ile au deux volcans, un endroit magique ou le temps semble s’être arrête depuis bien longtemps ici le lave linge n’est pas encore arrivé, les habitants vont lavés leurs linges dans les eaux du lac. Agriculture et élevage sont les principales ressources de l’île. Le tourisme commence à se développer. Il y a plusieurs activités, Balade en canoë, escalade des 2 volcans, plages et visite de l’île sur une route mi pavées mi terre. Vraiment un moment hors du temps, Génial !!!!!

DEUX  VIDEOS  /  SAN JUAN DEL SUR  et  ILE OMETEPE

 

13 commentaires sur NICARAGUA / 1ère PARTIE

HONDURAS

  Petit pays d’Amérique centrale, le Honduras ne laisse pas indifférent par la beauté et la diversité de ses paysages et de ses habitants chaleureux. Nos premiers jours, nous les…

 

Petit pays d’Amérique centrale, le Honduras ne laisse pas indifférent par la beauté et la diversité de ses paysages et de ses habitants chaleureux.

Nos premiers jours, nous les passerons à El Triunfo de la Cruz, dans l’une des plus grandes communautés Garifuna du Honduras. Situé à 11 kilomètres de la ville de Tela. Ce village a tout pour découvrir cette culture.

Nous reprenons notre route direction la Ceiba, ville portuaire et point de départ pour aller sur l’île de Roatan mais la météo n’est pas avec nous, pluies diluviennes pendant 3 jours, nous resterons bloqué à l’hôtel. Après la pluie le beau temps nous continuons notre route direction le lac de Yojoa.

Superbe site naturel entouré des montages de Santa Barbara et du Cerro Azul Meambar. Avec une végétation tropicale exubérante, il possède un charme fou, vraiment magnifique.

Direction Gracias par la route de montagne. C’est reparti pour du off road. Nous traverserons plusieurs villages indiens qui continuent à vivre selon les traditions de leurs ancêtres lencas avant de rejoindre cette petite ville qui est resté authentique et vraie avec très peu de touristes. Un véritable coup de cœur, Magnifique !!!

Nous irons visiter aussi la ville de Comayagua, ancienne capital du Honduras, moins authentique que Gracias, et nous descendrons jusqu’à Coyolito avant de continuer notre route vers la frontière du Nicaragua

 

Nous avons passés 3 semaines dans ce pays et comme dans les autres pays d’Amérique centrale nous n’avons jamais ressenti d’insécurité.

Aujourd’hui 31 mars avec le Covid-19  nous sommes au Nicaragua, les frontières sont fermées mais nous ne sommes pas confinés pour le moment. Nous avons loué un petit logement à San Juan Del Sur. Petite village de pêcheurs sur la côte pacifique ou la vie continue tranquillement.

 

2 commentaires sur HONDURAS

Tapez sur le champ ci-dessous et appuyez sur Entrée / Retour à la recherche